ou la déprime de la rentrée ou le noeud au ventre qui gâche les derniers instants de liberté...

snifff